Christiane Durand

peintures & Sculptures

Les énigmes des rêves
Retour

Un tableau de Christiane Durand constitue une scène du rêve , 
un fantasme , le miroir du désir. Mais qui rêve ? Qui désire ? Qui s’interroge ?
Sur la toile , sur la surface polychrome , le rêve du modèle , celui de Christiane Durand, celui du regardeur s’entrelacent et tissent un récit flottant énigmatique . Le titre d’un tableau est un rêve dénommé , en quelque sorte « baptisé ». (1)

Le rêve du sommeil. Allongés, détendus , sereins, deux dormeurs nus sur un drap rouge , sont enlacés. Au – dessus des deux corps jumeaux , un grand lézard vert se devine , paisible , sans doute heureux, qui protégerait le sommeil.

Le rêve végétal. Blonde, Anna enlace le gros tronc d’un chêne .Derrière ses mains , on perçoit deux oreilles vertes de lapin .Anna a sans doute des ailes. 
.A gauche , près d’une maison ( la maison de l’enfance ? ) un couple se querelle. A droite , en bas, deux bottines sortent du bord du manteau en fourrure (le manteau de qui ? )

Le rêve de la femme enceinte. François étreint le gros ventre d’une femme : une sculpture africaine , destinée à une danse de fécondité. A droite, en bas , deux pieds noirs. Un drap enveloppe François. Le drap suggère des formes vagues végétales des tropiques.

Le rêve de la montagne .Les deux hommes, beaux , jeunes, s’étendent sur les losanges bleus d’une couverture ,ou d’un drap ,ou d’une nappe . Au – dessus des hommes , les neiges éternelles des cimes de la montagne se dressent sous le ciel rose .L’un des hommes , l’alpiniste , veut repartir .vers la montagne magique.

Le rêve de celui qui peint la Vierge .L’homme rêve de peindre la Vierge .Il pense à saint Luc , le patron de la peinture .Il est éclairé par de multiples bougies :une illumination.

Le rêve de la fontaine lumineuse. Au dessus de Nice , l’homme tient une rampe .Une fontaine scintille : une fontaine du renouveau.

Le rêve des danseurs .La femme assise est protégée par un ange (peut- être l’ âme de son mari ?) Les silhouettes des couples dansent (peut-être la jeunesse de la femme ?) Le rêve est doux.

Le rêve de l’androgyne. Une lampe baladeuse éclaire l’androgyne voluptueuse près du chat qui se blottit .Devant l’androgyne , des coquillages , une étoile de mer , un crâne , une feuille forment une Vanité.

Le rêve de la mascarade .Trois jeunes filles s’installent sur un canapé. Le ciel est coloré par le soleil couchant .Une jeune fille tient le masque d’une girafe .L’autre ,allongée , a un masque de chien, posé près de ses hanches .La troisième cache son visage avec le masque d’un cygne noir…C’est une seconde de bonheur : un instant parfait. 

Les couleurs fauves et vibrantes de Christiane Durand incarnent les songes.

Gilbert Lascault

(1) De même, Sigmund Freud , dans L’interprétation des rêves (1900) , nomme un centaine des rêves : le rêve du lynx sur le toit , celui d’Œdipe déguisé , celui des enfants–papillons , celui de la poursuite avec une hache , celui de la bonne dans l’escalier , etc.